Pourquoi les Colombiens détestent les blagues sur la drogue ?

La plupart des Colombiens ne supportent pas la moquerie de la Colombie en matière de drogues. Pourquoi ??

En plein Mondial de football, je me souviens avoir vu la photo sur twitter partagée par l’actrice néerlandaise Nicolette van Dam, dans laquelle elle se moquait des joueurs colombiens. Le sentiment de rage que j’ai re sentit… Cette pauvre femme a choisi le pire moment pour faire une blague, dans le mondial ! Quand le patriotisme colombien était à son apogée !. Mais le pire est que l’actrice n’était pas un cas unique. Dans diverses parties du monde, des blagues qui parlaient des Colombiens comment des drogadicts a etait fait par tout au monde. La différence est que cette fois, les Colombiens ne sont pas restés silencieux, les réseaux sociaux qui ont coulé à tous ceux qui ont osé faire une de ces célèbres plaisanteries.

Des commentaires comment cela, je l’ai entendu tellement de fois, mais au lieu d’esquiver la question cette fois, je ne pouvais pas tenir et j’ai dit exactement ce que je pensais (la plupart du temps, ce que je dis rien). En Franche, on se demande le pour quoi de la rage face a des blagues sur la drogue. Effectivement, il est très difficile d’expliquer pourquoi des nombreux Colombiens se sentent si offensés …

En cherchant la réponse, j’ai trouvé un article écrit par Adriana Aristizabal dans lequel il parlé sur le sujet ; pour moi, cela explique ma colère viscérale. Dans l’article, il est écrit tout ce que les Colombiens savent et que nous répudions au plus haut point, je les ai mis ici la partie principale du texte :

“Pourquoi ai-je répudie qui nous stigmatisent ? Parce que mon pays a lutte depuis plus de 30 ans contre la production et le trafic de drogue, parce que cette guerre a coûté la Colombie plus d’un million de morts, parce que les terroristes ont planté plus de 100 000 mines antipersonnel et ont mutilé des milliers de soldats, de policiers et de paysans. Parce que cela nous a coûté la destruction de la forêt amazonienne, la pollution des cours d’eau, l’enlèvement de plus de 5.000 personnes et le recrutement forcé de plus de 14.000 enfants.

Parce que grâce à trafic de drogue, les groupes terroristes et le crime organisé est renforcée par près de cinq décennies, conduisant à mon pays presque a l’auto-destruction. Parce que la Colombie alloue chaque année entre 2 et 4 milliards de dollars pour lutter contre le terrorisme, la production et le trafic de drogue. De l’argent perdu que les paysans des régions les plus reculées et pauvres ne peuvent pas dépenser dans les écoles, les collèges, les hôpitaux et l’eau potable.

Pour les 200 millions d’acheteurs de drogue dans le monde qui font de ce sale crime une véritable affaire avec plus de 350 millions $ gagnées par année.

Parce que le trafic de drogue était un cancer qui a conduit la Colombie à une condition de stade terminal, et grâce à l’immense désir de la nation entière, on est maintenant dans une nouvelle renaissance, la Colombie a été elle-même pratiqué une longue chimiothérapie en essayant d’exterminer ce cancer arrogant et désagréable. »  (traduction de la page a l’origine en espagnol)

Pour moi, cela explique en grand partie la problématique, mais je pense que la question va beaucoup peu plus loin que ça…

Je pense qu’en partie etre Colombien a l’étranger accentue se sentiment. Toutes les difficultés rencontrées, être mis de cote plusieurs fois dans les aéroports, être saisis par la douane, écouter les blagues quotidiennes a l’université et se sentir humilié … et ça seulement pour rentrer dans un stereotipe. Je me rappelle d’une ocation en particulier:

Lors d’un Noël en Martinique, je fus invité à un repas dans lequel il y avait comme invite quelqu’un d’important, je me souviens une fois à table m’as demander d’ou j’étais originaire, timidement, mais fièrement, j’ai répondue “je suis Colombienne ” Immédiatement l’une des personnes qui avaient organisé le repas (sans doute pour attirer l’attention) a dit la célèbre phrase qui je ne voulait pas entendre:

« Et où vous gardez la drogue? Vous avez apporté un petit paquet ? “(blague qui a fait rigoler tous les invités ).

Bien sûr, j’ai rougi de rage, je fais un sourire hypocrite et incapable de dire un seul mot j’ai essayer de me retenir pour éviter de donner une réponse qui pourrait offenser la personne qui me l’avait invité … L’invite L’invite (un politicien que je ne dirait pas le nom) en voyant mon visage a répliqué à la blague de la femme en tisant : en voyant mon visage a répliqué à la blague de la femme en tisant :

«Je’ai veçu en Colombie plusieurs années et il ya beaucoup de richesses que les Français ignorent …”

À partir de ce jour-là, j’ai préparé une méthode d’apprentissage pour les ignorants, accompagné par une phrase clé que des nombreux Colombiens à l’étranger disent :

Vous savez ? Nous les Colombiens ont la fabrique, mais vous,  dans les pays développés, vous êtes les imbéciles qui la consomment “… (je ne savais pas et cette phrase est super commun pour les Colombiens à l’étranger)

10314706_319952848158427_4665954366858081980_n-1

Mais après tant d’années à l’étranger et après avoir vu que la Colombie n’est plus la même de l’époque, je suis fatigué d’avoir à dire ce fameuse phrase… Les Colombiens, nous essayons de fermer cicatrices … Il y a beaucoup de touristes qui vont et viennent dans le pays … Après tout ce temps écouté toujours ce genre de commentaires ? Non, je ne peux pas supporter d’être mis de côté à la douane, je ne peux pas supporter ce situation ridicule, me voir comme une toxicomane parce que je suis colombienne ? Maintenant, je les emmerde…

Je déteste voir que les Américains et Français font des films et séries qui prennent non seulement la Colombie comme une excuse pour des images violentes sur la drogue qui sont même pas filmes dans le pays (ou moins pour dire que ils aident a l’economie) non ils vont au Mexique ou a d’outres pays pour ne pas courir de risque (comment si le risque ne serait pas pareil)

Désolé… Je ne l’accepte plus… Maintenant, je peux dire haut et fort à quel point ces commentaires et plaisanteries dites “second degré” me choquent, car ils sont irrespectueux à mes origines… Ces blagues n’ont plus raison d’être et montrent l’ignorance de ce qui se passe actuellement dans mon pays … Maintenant, nous les Colombiens, on essaye de fermer des cicatrices…

Je ne me soucie peu de savoir si le fait de pas rire à ses blagues stupides me font passer pour une rabat-joie. J’ai des millions des Colombiens qui savent ce que je ressens.

Bibliographie :

Luis Giles

https://www.facebook.com/luisquilesart/photos/pb.290662047754174.-2207520000.1438090221./319952848158427/?type=3&theater

Adriana Aristizabal

http://www.huffingtonpost.es/adriana-aristizabal/colombia-exige-respeto_b_5538728.html

Posted in Vivre à l'étranger | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

COMMENT FACHER UN COLOMBIEN

Les stéréotypes sont infinis, et souvent, les blagues, exagérées. Les Colombiens en tant que personnes sont chaleureux, drôles et ont un bon sens de l’humour, mais quelques blagues peuvent avoir comme résultat un coup… Au visage. Certaines mauvais blagues qu’il faut sur tout pas faire, comme l’identité nationale, celle-ci est sacrée. Voici une liste facile à suivre sur la façon d’éviter la confrontation avec un Colombien et éviter de passer pour un imbécile. Ce qu’il ne faut pas faire :

1) Nommer le pays de façon erronée.

Il y a une différence entre «Colombie» et «Columbia». Il faut sur tout ne pas confondre. C’est une insulte à tous les Colombiens d’avoir un “u” lieu d’un “o”. Un ami de la Colombie a envoyé une lettre de colère au consulat français parce que dans leur site web, ils sont écrits comme lien “Columbia” plus tôt que “Colombia“. Alors ils l’ont fait changer. Imaginez-vous à la place d’un Colombien, un exemple : Il y a une région aux USA appelé France (peut-être qu’elle existe, je ne sais pas) et à chaque fois que vous dites être née en France, les gens pensent que vous êtes américain.

Il faut savoir ce que cela peut créer un problème, même dans le cas administratif. 

2) Faire des blagues sur la cocaïne ou le cannabis.

Oui, il y a de cocaïne et du cannabis en Colombie, c’est un fait indéniable (comme dans de nombreux pays d’Amérique latine). Cependant, c’est moins connu, que la plupart des drogues, sont vendues et consommées à l’extérieur du pays. Tout Colombien a eu dans ca vie, une personne insensible qui lui a demandé s’il avait de la “poudre” sur lui. Être reconnu comme celui qui vient du pays de la drogue, crée souvent des conflits (il faut savoir combien il est difficile pour un Colombien de voyager à travers le monde). IL faut pas imaginer qu’en Colombie la drogue est partout, au contraire, vous pouvez trouver la drogue plus facilement dans les banlieues des États-Unis ou en France qu’en Colombie. Si vous ne voulez pas passer pour une personne indésirable faite attention à ne pas faire des blagues déplacées.

3) Parler de Pablo Escobar.

Beaucoup de Colombiens ne veulent pas être associés à une personne qui est une honte pour leur pays. Parler de ça est difficile. IL faut pas négliger les dommages causés par le baron de la drogue. La douleur causée par Escobar en Colombie, la violence engendrée et les gens innocents qui sont les plus directement touchés, sont des récents et douloureux souvenirs. Une fois, j’ai mentionné avoir été dans le musée de Pablo Escobar et j’ai eu une reflection que cela n’était pas une attraction touristique, il est un “hijo de puta” et personne ne devrait jamais lui rendre hommage, jamais. Escobar a non seulement gagné le contrôle des principales villes de Colombie, il a fait exploser des bombes en permanence et a créé un règne terrifiant de violence.

Également, il ne faut jamais dire ” je comprends “. Vous avez pu lire tout à ce sujet, vous avez peut-être vu des images, vous pouvez même vous rappeler des nouvelles a la tele. Mais si vous n’avez pas eu constamment peur à la fois dehors et à l’intérieur de votre maison, vous ne pouvez pas “comprendre”.

4) Dire que vous aimiez les tacos et que vous avez un chapeau à la maison.

La Colombie n’est pas le Mexique, ni nul part ailleurs est Colombie. Les gens aiment généraliser les pays hispanophones. Bien que des gens n’aient jamais entendu quelqu’un dire : la Nouvelle-Zélande, l’Irlande et le Canada partagent la même culture, j’ai entendu dire littéralement : “le Mexique, la Colombie et l’Espagne” sont essentiellement les “mêmes”. (si vous vous reconnaissez d’avoir dit cette déclaration, beaucoup de gens pensent que vous êtes un ignorant ).

Les Colombiens sont fiers de leurs symboles culturels, et c’est dégradant leur attribuer une culture qui n’est pas la sienne.

5) Dire «non»

Les Français et les Nord-américains ont appris à vivre avec le rejet, alors que les Colombiens ont appris à faire face à des choses qu’ils ne veulent pas faire. Quand j’ai refusé de danser avec quelqu’un lors d’un événement culturel, mon ami horrifié simplement a dit : “il ne faut jamais dire non !“. Dans des petites situations comme celle-si, quel mal y a-t-il?, vous ne voulez pas danser avec José, la belle affaire… Pour les Colombiens, dire non, c’est blesser quelqu’un, juste parce que vous n’avez pas envie de cela ?.

Ils sont formés, dès la naissance, pour être forts en sport dans des circonstances indésirables… Bon, il ne faut pas accepter de grandes choses, comme le mariage ou l’achat de maisons (où moins si vous voulez), mais pour des choses inoffensives, les Colombiens vont mal le prendre. La seule fois que j’ai entendu des Colombiens dire “non” a été quand j’ai demandais si quelque chose prendra longtemps.

C’est presque frustrant quand vous avez d’autres plans – vous aimez le son ? OUI ! Voulez-vous venir à la fête ? OUI ! . Cela rend la planification difficile, mais au moins personne ne vous rejette.

6) Être extrêmement pressé et stresse.

Les gens sont occupés, ok. Mais les Colombiens prennent la rapidité comme une attitude. Oui, il est important aller à des réunions, oui, il est important de planifier les choses, oui la vie va vite, très bien. Mais il ne faut pas agir comme si vous avez toujours un autre endroit pour y être.

Les Colombiens prennent leur temps. Pour les Américains et les Français, le temps est de l’argent, mais pour les Colombiens le plus important c’est de vivre. La vie quotidienne se déplace lentement, et pour les gens d’e UE ou USA cela peut souvent se sentir comme une perte de temps. Mais les Colombiens ne sont pas pressés, ils croient en la qualité de vie et le temps n’est pas un problème.

Quelquefois, il est acceptable d’arriver en retard, mais vous devez rester jusqu’à ce que vous avez fini votre travail (ne prenez pas l’habitude cela n’arrive pas toujours). Les gens d’USA arrivent à l’heure, affamés et avec des chaussures dépareillées, mais ils sont à l’heure, cela est une insulte aux Colombiens qui arrivent comme rien de moins que le meilleur.

Vous devez être toujours présentable, et une fois que vous arrivez, vous restez. Ne pas oublier que vous avez toujours le temps de vous arrêter et de dire bonjour !!, c’est beaucoup plus rude pour un Colombien de marcher près de quelqu’un sans dire bonjour que d’arriver en retard.

7) Être exclusivement avec vos amis

Pour de nombreuses cultures, dans les fêtes ou les événements, il faut faire une liste les gens qui vont être invites. Pour les Colombiens, il ne faut pas inviter les personnes que vous voulez, mais également planifier les gens qu’ils aiment. Il y aura toujours cet ami avec sa petite amie méchante ou la jeune fille qui voyage avec un groupe des gens que vous n’aimez pas. Difficile, les Colombiens ne sont pas exclusifs, donc si vous invitez, par défaut, il faut également inviter les gens qui veulent venir. Les Colombiens ont également tendance à s’inviter avec des amis à vos plans. Pour les Français, cela est mal poli, car nous apprécions notre individualité. Mais pour cette culture qui valorise la communauté, la grossièreté, c’est d’être exclusif. L’inclusion est une marque déposée de Colombiens et exclure quelqu’un est l’une des plus grandes insultes. Pour eux, il n’est pas envisageable que peut-être vous vouliez voyager seul ou voyager par vous-même. Sur le plan positif, les Colombiens sont courtois avec les personnes qui n’ont pas choisi d’être là. Sur le plan négatif, bonne chance pour calculer la bonne quantité de nourriture pour une fête supposée privée.

8) Discussion / poser des questions sur la Colombie, comme s’il s’agissait d’un pays du troisième monde

La Colombie est un pays développé, parfois appelé comme une économie en voie de développement. Bogotá est une des capitales les plus importantes en Amérique du Sud, et en Colombie les gens ont des téléphones portables et un réfrigérateur. Y a-t-il des lieux moins «développés?” Oui, mais il ne faut pas généraliser. Même si une région n’est pas ce que vous considérez comme « avancé », c’est pour tant pas le cas de tout le pays. La Colombie a une énorme quantité de biodiversité, et une grande partie est effectivement protégée. C’est intentionnel que les arbres existent toujours et les animaux peuvent vivre dans leurs habitats naturels. Ce que vous pourriez appeler «développé» peut, par d’autres, être appelé «nuisible» ou « en ruine ». Vous pourriez vivre sur une plage et dormir dans un hamac où vous pourriez vivre dans un appartement moderne, tout en Colombie. Alors ne demandez pas si les gens montent des ânes pour travailler ou utiliser du café en tant que monnaie, parce que ce n’est pas représentatif de l’ensemble du pays.

9) Dire que vous ne dansez pas

Les Colombiens sont des gens joyeux qui n’ont pas peur de bouger, ils n’ont pas peur de s’exprimer. Si vous dites que vous ne dansez pas, soyez averti : vous avez donné à tous les Colombiens dans la salle le défi de prouver que vous pouvez danser. “Comme ça, vous ne dansez pas ? Venez !” . Alors que pour beaucoup d’étrangers, c’est intimidant faire des mouvements avec le corps dans une salle, les Colombiens veulent voir tout le monde danser ; et vous attirez l’attention sur vous-même si vous n’êtes pas encore debout. Si vous n’aimez vraiment, vraiment, pas danser, vous avez le choix.

À) Passer beaucoup de temps dans la salle de bains, le verre remplit (avec de l’Aguardiente, je vous promets, vous allez finir par danser) ou faire semblant de courir après quelqu’un de célèbre : Omg! Juanes !

B) Trouver des réunions avec des Colombiens où il n’y a pas de danse, les réunions d’affaires ou un marathon.

Soyez amusant, allez sur la piste de danse. Faites le ridicule, parce que le but est après tout, s’amuser avoir du plaisir.

10) Refuser d’aider

Les Colombiens font des faveurs extraordinaires pour vous. En effet, ils vont faire tous les appels, les connexions et les recherches pour trouver toutes les solutions possibles et vous aider avec quelque chose qui n’a absolument aucun avantage pour eux. Un Français serait gêné de demander même à ses plus proches amis des faveurs, et encore pire demander à des inconnus. Les Colombiens, cependant, seront eux-mêmes bénévoles sans hésitation. Ils n’attendent pas une compensation, pour eux, c’est normal. Mais ils espèrent que vous allez également les aider au moment venu.

11) Les appeler par la version française de leur prénom ou par leur nom de famille

11) Les appeler par la version française de leur prénom ou par leur nom de famille
Les Colombiens aiment leurs noms. Cependant, il faut essayer de prononcer leur nom écrit et prononcé comme il est indiqué dans les documents officiels et les certificats de naissance. Les Colombiens sont très fiers de leurs noms complets et quelques fois, ils peuvent se sentir offensés. Ils comprennent si vous manquez de le prononcer adéquatement, toutes les langues ne sont pas douées pour le roulement de la langue, mais au moins essayé de ne pas utiliser la version traduite. Ne pas dire “Andy” à la place deAndres“, “Anthony” à la place deAntonio” ou “Alexandra” à la place deAlejandra

12) Critiquer

Les Français sont très exigeants et critiques, tout doit être dans la norme. Ils sont râleurs quand quelque chose n’est pas comme ils veulent. Il faut savoir que les Colombiens ont appris à s’adapter à les difficultés et regardent le monde avec une joie de vivre parfois surréaliste, ils ne se plaignent jamais et s’ils le font, c’est parce que ça va vraiment trop loin. Il faut ne jamais avoir à se plaindre et faire la tête. Si vous avez quelque chose à dire dit le toujours dans la joie de vivre, sans ironie, dans la bonne humeur et surtout avec douceur. Si vous commencez à faire des critiques saignantes, les Colombiens vont se sentir insultes, ils vont peut-être vous laisser, tomber ou faire les choses de mauvaise foi. S’ils vous écoutent vous plaindre pour tout, vous allez vous faire passer par une personne vraiment indésirable, car les Colombiens ne se plaignent pas et ils sont des soucis beaucoup plus lourds que vous.

13) Ne pas sourire et être impoli

Les Colombiens sont très expressifs, il faut toujours vous diriger vers eux avec un sourire. Avoir le visage figé va vous causer des problèmes, les gens autour de vous auront l’impression que vous êtes fâche ou dégoute. En Colombie, il y a des gens qui gardent derrière le sourire des problèmes que peut-être vous n’imaginez même pas. N’oubliez pas que si vous donnez un sourire, vous gagnez un sourire. À table, dans la rue, et même dans le bus soyez TOUJOURS poli !

14) Ne pas être humble

Il ne faut pas se montrer comme supérieur aux autres seulement parce que vous étés d’un autre pays. En général, les Colombiens vont faire attention à vous, ils vont vous traiter comme un roi, mais si vous n’êtes pas humble, ils vont rapidement arrêter d’être gentils et vous répondre de la même manière. N’oubliez pas qu’il faut apprendre à présenter des excuses si vous faites quelque chose de travers.

Note : je suis colombienne, ce texte est en partie la traduction d’un texte écrit par une américaine, mais j’ai modifié et ajouté certaines choses avec la “french touch“. Les cultures sont vraiment différentes, un Américain ne pense pas comme un Français ou un Colombien. En tout cas, les stéréotypes sur les Colombiens sont un peu pareils par tout. Ce texte aide à comprendre et à ne pas faire des gaffes quand vous parlez avec un Colombien et surtout lorsque vous vous trouvez en Colombie :) . Voilà la version en anglais:http://matadornetwork.com/community/j3ssica/how-to-piss-off-a-colombian/

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , | Leave a comment